Publié sur Laisser un commentaire

IIFYM: Devrait-on compter nos macronutriments?

Régime IIFYM | Décompte de calories et de macronutriments

Même si je suis nutritionniste, je suis déjà tombée dans le piège des régimes. Durant plusieurs mois, j’ai moi-même suivi les principes du IIFYM (If it fits your macros). Quotidiennement, je comptais les macronutriments que je consommais… et ça m’a fait bien du mal.

J’ai utilisé cette stratégie afin de modifier mon corps selon des standards physiques qui me semblent aujourd’hui bien superficiels. Même si au tout début du processus ça avait l’air miraculeux, j’ai rapidement réalisé que ce n’était pas le cas.

Plusieurs des conséquences de ces décomptes me suivent malheureusement encore aujourd’hui. C’est fou à quel point ces régimes peuvent affecter négativement nos vies.

Régime IIFYM | Décompte de calories et de macronutriments www.cynthiamarcotte.com

AVERTISSEMENT

JE NE RECOMMANDE PAS DE SUIVRE DES PRINCIPES RESTRICTIFS et cette vidéo ne correspond pas une consultation en nutrition. Au besoin, tourne toi vers des professionnels de la santé si tu as des questions plus personnelles/médicales.

Table des matières

Analyse IIFYM

Pour moi, cette solution s’est révélée loin d’être idéale. Cependant, puisque nous n’avons pas tous les mêmes besoins, je crois qu’il est important que tu puisses bâtir ta propres opinion au sujet de cette approche.

J’espère que les informations se trouvant ici pourront t’aider à y arriver!

Points abordés à travers cette vidéo

  • Pourquoi et comment est-ce que je me suis lancée moi-même dans cette approche?
  • Quels sont les principes du IIFYM?
  • Petite revue de la littérature scientifique concernant cette approche nutritionnelle
  • Les points positifs et négatifs de ces décomptes
  • Plusieurs exemples de produits et de repas consommés par les gens suivant le IIFYM (ex: Sirops Walden Farm, barres Quest, poudres de protéines…)

Comment ça a commencé?

Je me souviens avoir entendu parler des décomptes de macronutriments aux alentours des années 2014-2015. À cette époque, je suivais beaucoup de youtubeurs utilisant ce genre de stratégies. Je me rappelle entre autres d’une diététiste américaine nommée Kara Corey que j’admirais énormément puisqu’elle le même métier pour lequel j’étais en train d’étudier. Je m’identifiais à elle et je considérais qu’elle avant les connaissances nécessaires afin d’être en mesure de nous proposer une approche nutritionnelle basée sur des faits scientifiques.

… c’est la preuve qu’on peut tous faire des erreurs!

Bodybuilding et calculs de macronutriments

IIFYM a principalement été popularisée par les amateurs de musculation. Cette vision de l’alimentation est basée sur un principe bien logique suggérant qu’en consommant un total de macronutriment prédéfini (protéines, glucides et gras) au cours d’une journée, il serait possible d’améliorer sa composition corporelle.

Aussi popularisé par Layne Norton (bodybuilder et powerlifter, et titulaire d’un doctorat en sciences de la nutrition)

Principes du IIFYM

Cette diète est plus communément nommée IIFYM, l’abréviation de « if it fits your macros » ce qui signifie « si ça correspond à tes macronutriments ». Certains vont aussi utiliser les termes flexible diet (diète flexible) puisqu’il est possible de modifier notre menu selon les objectifs de nutriments proposés quotidiennement.

S’ajoutant aux objectifs de macronutriments se trouve un objectif de fibres alimentaires. Ceci  impose généralement aux gens suivant IIFYM de consommer des fruits et légumes ainsi que des produits céréaliers à grains entiers. On peut comparer cette diète à un budget établi quotidiennement et les nutriments à des dollars, qui doivent être dépensés afin de ne pas dépasser la limite de ce budget.

À mon avis, il s’agit simplement d’une nouvelle version des décomptes de calories. Plutôt que de développer une obsession concernant la valeur énergétique de nos repas, on tente à tout prix d’optimiser nos apports en macronutriments… qui sont eux-mêmes prédéterminés selon un objectif de calories totales quotidiennes.

Exemple de menu

Par exemple, tout dépendant des objectifs qu’elle s’est fixés, une femme de taille et de poids moyen pourrait vouloir consommer 1800 calories réparties sur 135 g de protéines, 225 g de glucides, 40 g de gras et minimalement 30 g de fibres. Bien que complexe et nécessitant une surveillance constante, cette diète pourrait avoir de bons résultats auprès des sportifs.

(voici un exemple de ce à quoi peut ressembler ces décomptes de macronutriments avec un menu inventé de toute pièce. La recommandation en terme de calories quotidiennes est non adaptée à mes besoins ni à ceux d’une femme ayant ma morphologie. Peu de caractéristiques liés à mon mode de vie ou à mes antécédants médicaux sont pris en compte.  Ces objectifs sont donc insuffisants pour faire fonctionner mon corps à son plein potentiel et il ne risquent que de me pousser vers de la faim constante, des baisses d’énergie et d’autres conséquences négatives)

Plan alimentaire et exemple de menu | IIFYM on décompte de macronutriments

Plus de liberté alimentaire?

Oh et aucun aliment n’est « interdit »… tant que certains objectifs quotidiens de macronutriments sont atteints. Cette fausse impression de liberté attire bien des gens. Par contre, même si tu as le droit de manger des biscuits Oreo ou des chips, ça ne veut pas dire que ce sera possible pour toi d’en ajouter en grande quantité dans ton menu sans négliger ton apport en autres aliments essentiels au bon fonctionnement de ton corps.

Les fervents de cette stratégie vont bien souvent utiliser une application pour calculer les apports alimentaires. Celle nommée MyFitnessPal est de loin la plus populaire dans le domaine. Pour l’avoir moi-même utilisée, je te confirme que je suis bien plus heureuse et libre depuis que je l’ai désinstallée de mon cellulaire!

(voici un exemple de cible calorique proposée par l’application MyFitnessPall qui est bien en dessous de mes apports alimentaires habituels. Ils me suggèrent d’ailleurs de perdre 10 livres en un peu plus de deux mois… alors que ce serait clairement une mauvaise idée!)

Régime IIFYM | MyFitnessPal Recommandations calories

Mini revue de la littérature

J’ai trouvé seulement une étude dans laquelle on évaluait plus directement les effets de l’approche IIFYM sur la santé et morphologie des participants.

Titre traduit: Une comparaison des apports nutritionnels des bodybuilders suivant un régime à base de macronutriments et un régime strict.

Celle-ci a été réalisée en 2017 sur 41 sujets adultes.

  • Les femmes avaient tendance à consommer davantage de protéines et de micronutriments (vit. K, E et C)

     

  • Plus de la moitié des individus de tous les groupes ont consommé moins que les quantités recommandées de plusieurs des micronutriments

La deuxième étude comparait un régime dit flexible versus une alternative plus rigide chez les personnes entraînées en résistance cherchant à optimiser leur physique (essai contrôlé randomisé sur 23 participants pendant 20 semaines, 2021).

Ils ont conclu que les deux solutions étaient tout aussi efficaces pour la perte de poids pendant un régime de restriction calorique chez les individus vivant en liberté.

Les résultats

États d’esprit flexibles sont corrélés avec (Timko et Perone, 2005):

  • IMC plus faible
  • plus grand sentiment de maîtrise de soi
  • moins de stress psychologique lié au poids et l’apport alimentaire 

Stratégies de régime rigides:

  • troubles de l’alimentation
  • troubles de l’humeur
  • préoccupation excessive avec la taille/la forme du corps
  • incidence accrue de suralimentation et d’hyperphagie alimentaire
  • niveaux plus élevés de dépression et d’anxiété

Ici, la définition d’une approche “flexible” ne semble pas tout à fait claire mais il est évident que moins on s’impose de restrictions, plus on optimisé la santé.

Point positifs

En règle générale, il n’y a pas de démonisation de certains aliments plus précis. Tu peux manger ce que tu veux, tant que ça correspond à ton plan de macronutriments. Ça donne une légère impression de réduction de la culpabilité de ce côté. Cependant, elle reviendra assez rapidement lorsque tu auras atteint tes cibles en macronutriments à la fin de la journée et que tu auras toujours faim ou envie de manger.

Mon seul vrai avantage de cette approche par rapport à d’autres solutions de perte de poids c’est qu’on suggère d’augmenter la consommation d’aliments riches en fibres. Par contre, c’est clairement le genre de chose que tu pourras faire sans suivre le IIFYM!

Points négatifs

Voici une liste des points abordés à travers ma vidéo d’analyse.

 

Menu fixe et très restrictif

Tes besoins nutritionnels ne sont pas les mêmes chaque jour. Tes apports alimentaires devront donc s’adapter à ton niveau d’activité physique, de stress, ta sécrétion d’hormones, tes conditions médicales, tes envies du moment et bien plus. Ce n’est malheureusement clairement pas ce qui est proposé ici.

Malgré les promesses, cette approche alimentaire est basée sur des stratégies d’optimisation alimentaires plutôt strictes.

De plus, cette alimentation inclut souvent des « cheat days ». Selon moi, il ne s’agit pas une bonne idée du tout. Voici d’ailleurs une vidéo plus complète à ce sujet.

Diète hypocalorique

Même si ce n’est pas de manière directe, le fait de compter les macronutriments qu’on consomme encourage un déficit calorique. À long terme, on sait que ce genre de solution peut affecter négativement le métabolisme et la santé mentale, entre autres.

Répartition en macronutriments

À travers les recommandations, on valorise beaucoup la consommation de protéines en dépit des autres nutriments.

Il est aussi important d’insister sur le fait que toutes les calories ou les macronutriments ne sont pas égaux. Ceux-ci n’auront pas le même effet sur ton corps et ta santé. Si on se fie aux principes de base du IIFYM, tous les types de matières grasses (lipides) ou de glucides entrent dans la même catégorie. Cette conclusion manque cruellement de nuances.

Truquer les signaux de corporels

Faire ce genre de calculs t’empêchera de connecter avec tes vrais signaux corporels. Ceci peut aussi affecter négativement ta relation avec les aliments.

L’hydratation à travers la consommation d’eau ou de boisson « zéro calorie » est fortement encouragée. L’objectif? Remplir l’estomac et ainsi truquer les signaux de rassasiement. Tu auras compris que c’est loin d’être quelque chose qui pourra t’aider à réellement prendre soin de toi.

 

Priorise la quantité vs la qualité

La diète IIFYM comprend une ABONDANCE d’aliments ultra-transformés. Parmi ceux-ci, on inclut plusieurs options riches en édulcorants artificiels tels que :

  • sirop Walden farm
  • barres Quest bar
  • poudres de protéines.
S’alimenter en priorisant l’atteinte d’un total de macronutriment peut avoir plusieurs conséquences. Ce genre d’approche pousse vers de possibles déficiences en micronutriment tel que la vitamine A, E et le fer chez les femmes. Quelques-uns des amateurs de cette approche recommandent de prendre une multivitamine, mais il s’agit selon moi d’un triste compromis.

Brime le quotidien

Faire tous ces calculs demande beaucoup de planification. Ce mon côté, je considère qu’il s’agit d’une perte de temps de devoir entrer tous les aliments consommés dans une application.

Quoi en conclure?

Tu pourras noter que la liste des désavantages de cette stratégie est plutôt interminable. Ça te donne une belle confirmation qu’il ne s’agit vraiment pas de recommandations nutritionnelles que je te suggère de suivre.

Cette vision de l’alimentation tient la route seulement en théorie. Elle possède même certains avantages, entre autres le fait de ne pas avoir d’aliments « interdits ». Puisqu’ils peuvent manger quelques gâteries de temps à autre, les gens suivant IIFYM affirment ne pas se sentir restreints et ne pas avoir envie de « tricher ». Cependant, puisqu’elle demande de calculer précisément la quantité de nutriments consommés au cours d’une journée, cette diète peut être difficile à maintenir. Elle sera, par exemple, loin d’être idéale lors des sorties entre amis ou au restaurant.

IIFYM est sans contre dit une diète ayant plusieurs limites. Cette approche n’est pas appropriée pour les gens désirant perdre du poids ou améliorer leur santé. Elle ne s’avère donc pas une bonne solution à long terme.

Qu’en penses-tu?

 

Si tu as des questions ou témoignage personnel à nous partager, n’hésite surtout pas à les laisser en commentaire directement sour la vidéo. J’adore vous lire et je sens que je ne suis pas la seule à qui ça fait du bien.

Manger intuitivement

Pour terminer, j’aimerais te rappeler qu’il est possible de retrouver une alimentation plus intuitive même après avoir tenté plusieurs approches de perte de poids plus ou moins drastiques.

C’est justement exactement ce que je te propose à travers ma formation virtuelle La Faim: Comment mieux comprendre son corps (offerte à rabais 4-5X/année).

Si tu en as envie, tu peux prendre un instant pour texter l’extrait GRATUIT de cette ressource informative.

Formation nutrition La Faim: Comment mieux comprendre son corps | Nutritionniste Alimentation intuitive

Mettre de côté les règles strictes et mieux comprendre de quelle manière bâtir nos repas pour qu’ils soient adaptés à nos besoins ET préférences, ça peut faire TOUTE la différente.

Références

Publié sur Laisser un commentaire

Temps des fêtes sans régime : Meilleures publications

Temps des fêtes anti régime

Au cours des derniers jours, j’ai parcouru mon fil d’actualité Instagram en gardant l’oeil ouvert. Mon objectif: Repérer les meilleures publications du temps des fêtes. Je me donc suis mise à parcourir les pages de mes collègues nutritionnistes et autres influenceurs actifs dans le cadre du mouvement anti-régime.

À l’origine, je désirais simplement faire un top 5 du contenu informatif bienveillant qui pourrait vous aider dans vos démarches… mais je me suis finalement quelque peu laissée emporter! Disons que la liste est un peu plus garnie que prévu! 😉

Celle-ci pourra sans aucun doute t’inspirer à prendre soin de ta santé, sans compromis ou règle stricte. J’espère que ça t’aidera à enfin dire « aurevoir régime » et « bonjour alimentation intuitive » !

Anxiété festive

Voici le texte écrit par Bien dans mon corps:

La magie de Noël ne change pas, par magie, notre état d’esprit.


Soyons doux envers nous ❤️

5 astuces pour gérer les fêtes

Voici le texte écrit par Amandine:

🎄 MES 5 ASTUCES POUR GÉRER LES FÊTES DE NOËL 🤫

Je le répéterais tout cet hiver jusqu’à Noël, mais vous devez simplement profiter de cette période !

On se prend la tête toute l’année pour le boulot, la famille, les amis, les cours, les transports en commun, l’argent… si on oubliait tout le temps de quelques instants ? ✨

Vous êtes incroyables, ne l’oubliez pas ❤️

Xoxo, Amandine. ☁️
______________________
👩🏻‍⚕️diététicienne-nutritionniste
Consultation à distance ✈️
👩🏻‍💻www.amadietetique.com
🥑 Prendre une consultation diététique sur Doctolib :
Amandine Berthaud ou par email : [email protected]

Manger beaucoup

Voici le texte écrit par The Last Quiche:

Un petit reminder entre les fêtes pour te dire que c’est ok si tu as beaucoup mangé 🙏

Ton corps va digérer.

Il sait faire le taf👍

Il se régule tout seul.

Pas besoin de se priver, de boire des litres d’eau chaude citronnée et de faire des runs à jeun pendant 50h 😜

Profite bien de tes proches.

J’espère que vous passez toutes de belles fêtes mes petites quiches ❤

 

Industrie de l'amaigrissement

 par @corpsenmouv

Voici le texte écrit par Camille:

J’ai quelques ptites choses à t’dire…

T’as pas besoin de faire une détox post-fêtes.

NI

D’acheter un programme de sport spécial « brûle calories de Noël »

 

Ne laisse pas…

  • la culture du régime
  • l’industrie de la perte de poids
  • la buisiness de l’insatisfaction corporelle

… te faire oublier ça!

Bonne résolution 2022

Voici le texte écrit par Marie:

 

Bonne résolution 2022 : pardonner à Weight Watchers ✨

Nan j’déconne 😅🤣

Un gros cadeau à te faire

 par @elicr

Voici le texte écrit par Éliane:

 
Noël est passé.
 
Il reste un gros cadeau à te faire.
 
Manger sans restriction, chaque jour.
 
—–
 

je vois déjà les back on track passer – écoute pas ça. 🤍

 

7 trucs pour un temps des fêtes sans culpabilité

Voici le texte écrit par Marie-Pier:

Êtes-vous prêt pour des vacances sans culpabilité ? ??

Les vacances peuvent être une période stressante lorsque vous êtes en train de guérir votre relation avec la nourriture et votre corps.

Sur l’épisode podcast de cette semaine, j’ai partagé 7 astuces pour profiter de vos vacances sans culpabiliser vous pouvez écouter le podcast sur apple podcast, Spotify ou sur le site internet (lien en bio !)

Je vous souhaite de merveilleuses vacances 💜 Je vais prendre du temps avec ma famille, profiter des friandises des Fêtes et regarder 92748484748 films 🍿

 

12 jours de Noël (version culture du régime)

Voici le texte écrit par Shana:

Il était temps de rapporter mon chant de Noël revisité… 🎶 C’est la saison ! Fa-la-la-la-la-la-la 🎶

Récupérons notre temps et notre argent de la culture diététique. Quels sont vos plus beaux souvenirs de vacances passées ? Je parie que les souvenirs auxquels vous pensiez incluaient le fait d’être avec des êtres chers et de faire des activités sociales… comme cuisiner, cuisiner et oui manger. Et contrairement à ce que la culture diététique essaie de vous dire, tout va bien.

Vous n’avez pas à restreindre et à « économiser vos calories ».

 

En fait, ne faites pas cela car cela a en fait l’effet inverse de ce que vous pensez qu’il fera. Votre café du matin n’est pas un petit-déjeuner. Ce n’est pas votre jour de « triche ». L’exercice est bien, mais ne le faites pas pour travailler ou brûler de la nourriture. Cela implique que vous pensez avoir besoin de gagner votre nourriture. Et vous ne le faites pas.

Bon vendredi et réveillon de Noël (si vous fêtez) 🎉🎅🏾🎄

Quoi en retenir?

Le temps des fêtes peut à la fois être un magnifique moment de rassemblement et une occasion lors de laquelle on peut malheureusement être poussé à remettre en question notre corps et nos choix alimentaires. Je tiens donc à te rappeler que peu importe ce que tu as mangé au cours des derniers jours, tu dois continuer de t’alimenter suffisamment. Ton organisme a besoin d’énergie et de nutriments pour assurer tes fonctions vitales.

Souviens-toi aussi que:

  • N’écoute pas leurs belles promesses. La culture du régime te fait croire que tu dois perdre du poids afin de faire du profit sur ton dos.
  • Dis adieu aux solutions miracles. Les détox, les cures de jus verts, les jeûnes ou autres pratiques de perte de poids ne feront que te faire du mal (et te pousser à dépenser inutilement!)

     

  • Tu mérites le respect, peu importe ton apparence. Tu as le droit de te distancier de ceux qui te font des commentaires méchants.

Assures-toi te te mettre en priorité. Ta santé physique et mentale passe avant tout et ce n’est pas en suivant un nouveau régime que tu pourras prendre soin de toi.

 

Publié sur Laisser un commentaire

Quand les troubles alimentaires cachent autre chose…

Podcast témoignage troubles alimentaires

Voici une magnifique discussion avec Arianne, une jeune femme curieuse et articulée qui nous présente son histoire en lien avec les troubles alimentaires. Cette dernière a vécu principalement avec l’anorexie au cours des dernières années. Elle nous explique comment elle s’est sentie de l’apparition de la maladie jusqu’à aujourd’hui.

AVERTISSEMENT: Cet épisode de podcast comprend des informations comprenant des symtômes de troubles alimentaires, des pensées restrictives en lien avec la culture des diètes. Si tu sens que ce genre de sujets ne pas te convenir, je t’invite à sélectionner un autre épisode de podcast.

Tu pourras trouver davantage d’informations au sujet de l’anorexie dans mon article Qu’est-ce que l’anorexie mentale?.

.

Table des matières

À propos d’Arianne

Elle est âgée de 18 ans et est toujours en processus de l’obtention de son diplôme d’étude secondaire à l’école des adultes. Arianne est également passionnée par la santé mentale, l’entreprenariat et les animaux. La mode, la vente et l’esthétique sont également des choses qui la rendent heureuse. 

Anxieuse et timide  de nature, tout dans la vie lui fait peur et l’inquiète. Néanmoins, elle a appris, avec le temps, à sortir de sa zone de confort et à même apprécier de relever de nouveaux défis. Le yoga et la  méditation, la lecture et l’art  au quotidien la passionnent et l’aide justement à gérer son trouble anxieux.

De plus, elle aime les gens et le partage : la famille, le respect et l’ouverture d’esprit sont les valeurs les plus importantes pour elle. D’ailleurs, elle souhaite parler plus des tabous que recèle la santé mentale, parler de son témoignage et ouvrir son coeur aux autres afin de peut être aider quelqu’un quelque part.

Le podcast sur les troubles alimentaires

Clique sur l’un des boutons “play” se trouvant dans les boîtes ci-dessous pour écouter cet épisode de podcast sur la plateforme de ton choix:

Les troubles alimentaires d’Arianne

Symptômes ressentis

Voici la liste des symptômes mentionnés par Arianne au cours de l’entrevue dans laquelle elle nous confie son expérience:

    • Le froid intense, je me servais constamment du petit chauffage pour me réchauffer 
    • La faim constante 
    • Un moment, je me souviens d’avoir fait des recherches sur internet tel que : comment arrêter de me sentir coupable de manger ?
    • Étourdissement 
    • Problème de digestion, constipation (je pouvais être 3 semaines sans aller à la salle de bain)

Plus tard, quand l’orthorexie à fait place à l’anorexie ses symptomes se sont intensifiés :

  • Bradicardie 
  • Carence
  • Faible tensions
  • Hyperactivité 
  • Obsessions et rituel : laisser exprès quelqus reste dans mon assiette, faire des aller retours dans la maison, ne pas avoir plus de 3 choses à manger, pas deux fois du pain dans la même journée, ne pas manger du yaourt de plus de deux pour cent, manger quelque chose de sucré en collation, les heures, manger un dessert de plus de 160 calories, avoir deux topping sur mes toast, manger plus que ce que mon plan alimentaire dit, manger avec des ustensiles précis, manger à une autre place que la table, manger seule, utilise toujours la plus petite assiette ou le plus petit verre, manger ce que je cuisine, body check incessant. 
  • Ridité mentale 
  • Automutilation 
  • Idée suicidaires
  • Perte d’énergie intense 
  • Vomissement volontaire (1 fois vomissement non volontaire nocturne tellement mon estomac était vide)
  • Dépendance à la gomme
  • Perte d’appétit et de goût   
  • Atteinte à la densité osseuse 
  • Aménoré 
  • Lanugo dans le dos (selon ma mère, haha!)
  • Perte de cheveux intense 

Facteurs qui ont intensifié ces symptômes

Ça a commencé assez graduellement, mais l’anxiété, mon trouble de l’attachement, mon mal être et mon passé sont les choses qui ont vraiment accentué les symptômes et les comportements. J’ai toujours eu comme mécanisme de défense la restriction et la nourriture, mais utiliser de façon différente au travers des années. J’ai voulu exprimer beaucoup de souffrance en détruisant ma santé et mon corps. C’est rapidement aussi devenu une source de fierté pour moi et d’attention. On me regardait pour mon contrôle et mon corps mince. Je voulais tuer cette petite fille blessée en moi.

Ne plus jamais la faire ressortir. L’affamer jusqu’à la mort.

Je dirai également que ma plus grosse phase d’anorexie a commencé à l’hôpital à la suite de l’arrivée d’une anorexique sur le même département que moi. Mon anxiété a monté en flèche et je me suis sentie moins importante, attaquée et remplacer. Alors que j’étais sur la bonne voie, ce jour-là j’ai décidé que je serai aussi malade qu’elle. Que personne ne rivaliserait avec moi…

 

Contenu informatif

Publié sur Laisser un commentaire

L’agriculture: Les dessous de la nutrition et de l’alimentation!

Voici une magnifique discussion avec Marianne L’Agroforestière, une passionnée d’agriculture et de communication. Elle nous présente plusieurs informations ultra pertinentes au sujet des aliments cultivés localement et des mythes populaires dans le domaine.

Table des matières

À propos de Marianne

Marianne est une passionnée du monde de l’agroalimentaire. C’est par un concours de circonstances qu’elle s’y est retrouvée. Se lancer en affaires comme productrice agricole était loin d’être le plan A, mais l’opportunité de bâtir un modèle d’agriculture différent s’est présentée lorsque son père a acquis des terres forestières. La forêt est un garde-manger grandement sous-estimé et c’est avec créativité qu’elle souhaite en démontrer son potentiel. Elle a choisi également de se spécialiser en tant que vulgarisatrice du monde de l’agroalimentaire.

Suite à un diagnostic de la maladie de Crohn, Marianne est devenue une éponge à information pour tout ce qui concerne le jargon utilisé pour décrire les aliments. Après beaucoup de recherches, elle s’est rendu compte que cette industrie n’est malheureusement pas toujours transparente et qu’elle sait très bien jouer sur les mots. Puisque c’est un vrai moulin à paroles, qu’elle possède une formation solide en agriculture, autant sur le terrain que sur les bancs d’école, et qu’elle adore partager ses connaissances, elle s’est donné comme mission de lutter contre la désinformation de plus en plus présente.

Mise à part l’agriculture et tout ce qui l’entoure, Marianne est une grande sportive dans l’âme et elle adore la lecture. Les activités de plein air accompagnées de son chien font partie de son quotidien. La présence de beaucoup d’animaux sauvages dans son milieu de vie l’a également poussé à apprendre à faire de la photographie animalière.

Aussi, apprendre fait partie de son ADN . Elle souhaite résumer et simplifier l’information pour ensuite en faire profiter les autres.

Le podcast sur l’agriculture

Voici certains points abordés à travers la discussion:

Clique sur l’un des boutons “play” se trouvant dans les boîtes ci-dessous pour écouter cet épisode de podcast sur la plateforme de ton choix:

L’agroforesterie

Qu’est-ce que l’agroforesterie plus exactement?

La définition officielle c’est d’intégrer les arbres à différentes cultures ou types d’élevage. J’ai décidé de pousser le concept un peu plus loin en profitant des ressources d’une forêt entière pour bâtir mon modèle d’entreprise.

Si je prends l’exemple d’un érable:

  • La samare (graine de l’érable) permet la production d’un arbre.
  • L’arbre en croissance capte plus de CO2 qu’un arbre mature.
  • Pendant sa croissance, l’arbre produit nectar et pollen (d’ailleurs le plus protéiné au monde) pour mes abeilles qui vont produire du miel.
  • Une fois l’arbre mature, il sera utilisé pour produire du sirop d’érable.
  • Si l’arbre a poussé à un mauvais endroit ou tombe malade, il sera coupé pour servir de substrat pour notre production de shiitakes.
  • Après sa vie utile pour produire des champignons, il servira comme bois de chauffage.

Comment fonctionnent les études en agroforesterie?

Ce n’est pas un domaine d’étude à proprement parler, c’est vraiment plus une méthode alternative d’agriculture. Mais pour faire de l’agriculture, il faut des connaissances et il existe plusieurs programmes techniques offerts par les Instituts de technologie agricole, l’université McGill et l’université Laval. L’image que c’est le « pas bon » de la famille qui reprend la ferme est vraiment plus que fausse aujourd’hui! Être agriculteur, c’est être entrepreneur donc porter tous les chapeaux qui viennent avec ce mot.

As-tu des ressources sur l’agriculture?

Je vais prêcher pour ma paroisse en invitant les gens à me suivre sur mes réseaux sociaux (Facebook et Instagram)!

Sinon, il y a de plus en plus de livres sur le sujet disponibles. Une des meilleures sources d’information est le Centre de Référence en Agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ). Plusieurs livres et documents intéressants y sont disponibles.


Croyances populaires en agriculture

Quel est le mythe populaire dans ton domaine d’expertise qui te fait le plus grincer des dents?

Acheter local c’est cher!

En ce moment, il existe une grande dissonance cognitive dans la société! Pour ceux qui ne seraient pas familiers avec ce concept, la dissonance cognitive est un phénomène psychologique où il y a un conflit entre les valeurs et les comportements.

Acheter local est de plus en plus populaire. Toutefois, mais on se plaint que c’est cher. On a ainsi parfois de la difficulté à accepter le prix pour l’achat d’un aliment (besoins primaires physiologiques dans la pyramide de Maslow), mais on n’a aucune difficulté à payer des centaines de dollars par année pour un gros forfait de téléphone… (très loin dans la même pyramide!)

Ce qu’on ne réalise pas toujours, c’est que chaque choix alimentaire a un impact social, environnemental et économique.

  1. Acheter local au niveau économique ça peut sembler désavantageux sur le coup. Toutefois, c’est en fait un investissement dans sa propre communauté, donc impact social. Je n’ai jamais vu Costco commandité qui que ce soit pour quoi que ce soit. De l’autre côté, je connais des producteurs qui commanditent des équipes de soccer, des événements divers. Bref, les producteurs locaux contribuent à la communauté beaucoup plus que n’importe quelle multinationale.
  2. Acheter local au niveau social, c’est aussi encouragé une main-d’œuvre bien traitée, pour le bien payé… on a encore du chemin à faire… Si tu vas en agriculture comme but de te mettre riche, ce n’est pas une bonne idée. Je t’annonce que le contenu de mon portefeuille en ferait pleurer plus d’un…
  3. Acheter local c’est également une garantie de qualité et intégrité. On se vend nous, on vend notre réputation. La différence c’est que le miel que je produis et ceux des autres producteurs québécois c’est qu’ils ont beaucoup plus de chance d’avoir été faits par des abeilles que celui du Costco par exemple.

Fraude alimentaire en agriculture

Il existe beaucoup de fraudes alimentaires dans le domaine. Par exemple, le produit pourrait être dilué un produit pour en augmenter son volume et réduire les coûts de production. Pour le miel, on peut ajouter des sirops de manière à déjouer les machines servant à l’inspection. Les plus populaires sont le sirop de canne, le sirop de maïs ou depuis plus récemment, du sirop de riz

On peut aussi utiliser un procédé de filtration pour enlever toute trace de pollen. Ceci empêche l’identification de la provenance du miel. La Chine utilise beaucoup ce type de fraude. Pour y arriver, elle fait appel à un troisième parti pour les exportations (ex : Thaïlande, Malaisie, Taïwan, Indonésie). Ceci donne l’impression aux consommateurs que le produit provient de ces régions et non de la Chine.

Des vaches qui mangent de l’huile de palme?

Disclaimer: Je ne me considère pas comme une spécialiste de la nutrition de la vache laitière. Ce n’est pas mon rôle de déterminer si c’est une bonne pratique ou non. Des gens beaucoup plus compétents que moi se penchent sur la question… Par contre, je suis en mesure de transmettre les faits tels quels sont.

Tout d’abord, je tiens à prendre un instant pour mettre au clair l’expression « butter gate ». Selon les médias, il s’agit en quelques mots de l’utilisation d’acide palmitique, un sous-produit de l’huile de palme augmenterait la quantité d’acide palmitique et rendrait le beurre plus dur. Par contre, ça ne reflète pas la réalité agricole et ça peut induire les gens en erreur.

Oui, l’acide palmitique qui est utilisé pour aider les vaches laitières à combler leurs besoins énergétiques en début de lactation parce que parfois, les fourrages ne sont pas d’assez bonne qualité. Les débuts de lactation demandent beaucoup d’énergie à l’animal. L’acide palmitique est un sous-produit de l’huile de palme provenant de la consommation humaine qui est revalorisé de cette façon. Il s’agit en d’autres mots d’une supplémentation réalisée à l’alimentation des vaches. Cecu est réalisé à partir d’un ingrédient qui serait autrement jeté aux poubelles.

C’est faux de dire qu’on retrouve de l’huile de palme directement dans le lait. Tu peux essayer de faire le mélange d’huile et de lait, ça ne donne pas quelque chose de très discret… D’ailleurs, la vache produit naturellement de l’acide palmitique. Les cellules épithéliales du pis en produisent et celui-ci se retrouvera dans le lait.

Désinformation et recherche de solutions

Plusieurs projets de recherche sont présentement en cours afin de trouver des solutions qui permettront aux producteurs laitiers de remplacer de l’acide palmitique par une autre source de matière grasse. La graine de coton est l’une des sources principale qui semble avoir été retenue de manière générale.

Malheureusement, la désinformation est de plus en plus présente. Il y a une déconnection avec l’agriculture avant chaque famille avait un agriculteur dans la famille. Certains médias contribuent à la désinformation en partageant des textes et images erronées. Par exemple, dans un article du Journal Montréal publié le 16 février 2021 et nommé « Profiter de la vache à lait », l’image est une race de vache élevée pour la viande… Ça part mal dans ce temps-là!

En tant que société, on a choisi de déléguer la tâche de nourrir 99% de la population à 1% de la population. Ceci a contribué à créer une déconnexion entre les consommateurs et les agriculteurs. En plus, ça entraine l’augmentation du nombre d’intermédiaires dans la chaîne d’approvisionnement.

Les mots qui donnent des maux de tête…

Une des stratégies utilisées dans le marketing de l’agroalimentaire est de surcharger les consommateurs d’informations et de types de logos pour les empêcher de voir clair. On brouille les pistes. Ici je parle surtout des stratégies utilisées par les 10 géants qui contrôlent tous les produits transformés. S’il s’agit d’un sujet qui t’intéresse, je t’invite à consulter Behind the brands par Oxfam

Un autre avantage d’acheter local se situe dans l’augmentation de la transparence des entreprises vis-à-vis de leurs produits.

Biologique

Disclaimer: Je ne suis pas contre la production biologique, au contraire, je me dirige moi-même dans cette direction.

La définition officielle selon le conseil des appellations réservées et des termes valorisants (définition au Québec endossée par le MAPAQ) est la suivante : « L’agriculture biologique soutient de manière durable la santé des sols et des écosystèmes ». Ça ne veut pas dire grand-chose de concret au final, mais ça peut malheureusement devenir un outil marketing très puissant …

Je suis contre le fait que les entreprises puissent utiliser ce mot à toutes les sauces. Mon objectif ici est donc seulement de t’informer que ce n’est pas une panacée. Si on se penche sur le terme « biocarburants » par exemple, tu pourras noter qu’on joue clairement sur le double sens du mot biologique. Celui-ci désigne « ce qui provient du vivant », mais qui donne aussi la fausse impression qu’il s’agit de produits de l’agriculture biologique.

Il existe une multitude de définitions, donc les étiquettes « bio » ne s’équivalent pas nécessairement. Par exemple les vins bio européens ne sont pas considérés bio par les États-Unis. Ainsi, dans le cahier de charge européens, les sulfites sont permis alors que c’est interdit aux États-Unis. Ceux-ci sont utilisés pour rendre le vin plus résistant aux altérations causées par l’air.

Chaque production dans chaque pays possède un cahier de charges indiquant les critères pour pouvoir se dire biologique.

 De manière générale cela veut dire de manière non exclusive:

  • Respect des écosystèmes et préservation des espaces naturels
  • Maintien de la biodiversité et de la fertilité des sols
  • Pas d’utilisation de produits chimiques de synthèse
  • Respect du bien-être animal
  • Gestion responsable des ressources

Attention: biologique ne veut pas dire écologique, éthique ou autre…

Des aliments bio dans des emballages de plastiques c’est souvent vu… Par exemple, de la salade bio emballée dans du film composite 3 épaisseurs c’est du déjà vu. Du plastique pour la résistance au gaz, du papier pour l’esthétique et un revêtement pour rendre le papier hydrofuge. Tout ça rend l’emballage non recyclable… Est-ce que c’est réellement meilleur pour la planète? J’en doute!

La « mer de plastique »

En Espagne, il existe un lieu nommé la « mer de plastique ». En quelques mots, il s’agit de 33 000 hectares (1ha =10 000 m carré) de serre faites de bâches de plastique où sont cultivés des légumes bio. Cependant, la main-d’œuvre y est souvent illégale et sous-payée… On utilise également des quantités massives d’eau. Cette culture de masse aurait vidé les sources sous-terraines locales en pompant l’eau à 800m. Environ 75% du volume produit est exporté à travers le monde. Une quantité impressionnante de carburant et de déchets sont donc produits par cette production « bio ».

On observe des phénomènes semblables un peu partout dans le monde. Les grandes exploitations de monocultures quoique biologiques sont des désastres écologiques. Je parle ici entre autres des amandes en Californie, des oliviers et des légumes en Espagne ou des céréales de l’Europe de l’Est. La déforestation nécessaire pour planter ces aliments contribue diminuer drastiquement la biodiversité.

Par contre, quand on achète local et que le producteur te regarde dans les yeux et te dit que son produit est bio, tu as probablement quelque chose de qualité et d’éthique entre les mains.

Canada no1: sur le miel

C’est une référence au grade qui n’a rien à voir avec la provenance. Un miel provenant de Chine pourrait être classé Canada no1 parce qu’il correspond aux critères de texture, de goût et autres de ce grade… Le consommateur ne lit pas nécessairement l’étiquette au complet. Au final, il croit donc qu’il achète local, alors que ce n’est pas le cas…

Naturel

La définition est : « issu de la nature, qui n’est pas issue du travail de l’homme… ». Si on prend la définition au pied de la lettre, aucun produit alimentaire sur les tablettes ne pourrait être considéré naturel puisqu’ils proviennent du travail de l’homme.

Techniquement, des campagnes, il ne reste plus grand-chose que naturel à proprement parler.

En outre, ce qui me dérange, c’est que c’est un mot qu’on utilise aussi à toutes les sauces. On le met partout sans prendre la peine de clairement définir ce que c’est exactement. Cueillir un champignon sauvage directement dans le bois, ça c’est naturel, en acheter des « naturels » à l’épicerie, ça ne l’est pas vraiment au final.

Le consommateur est attiré par le mot naturel et les industriels le savent et ils en profitent…

Si on prend par exemple, le sulfate de cuivre présent dans la nature est utilisé en agriculture bio comme pesticide. Est-ce qu’on peut réellement qualifier ça de naturel?

OGM

Disclaimer: Ce n’est pas parce que j’explique ce que sont les OGM que je suis pour leur utilisation. Il y a ÉNORMÉMENT de zones grises par rapport à ce sujet-là… Les OGM peuvent être des solutions, mais contribuent parfois à d’autres problèmes… Mon objectif est d’expliquer ce que c’est et à quoi ça sert.

Qu’est-ce qu’une plante OGM. C’est une plante dont on a ajouté un ou de gènes pour donner des caractéristiques nouvelles, exemple la résistance à certaines maladies. Ça peut être aussi une plante dont on a bloqué l’action de gène pour empêcher l’action de certains gènes, exemple la production de certaines protéines allergènes.

Voici quelques exemples de raisons expliquant les modifications génétiques actuellement réalisées:

  • Plus fort face aux insectes (Maïs-grain, maïs sucré, pomme de terre, tomate, coton)
  • Résistance aux herbicides (round-up) (Maïs-grain, maïs sucré, soya, lin, canola, coton, betterave sucrière, luzerne, riz)
  • Moins sujet aux virus (courge, papaye, pomme de terre)
  • Retarder le mûrissement (tomate)
  • Changer la composition de l’huile (Canola et soya)
  • Changer la composition nutritionnelle (Maïs)
  • Contrôle du pollen (MaÏs et Canola)
  • Optimisation pour les biocarburants (maïs)
  • Résistance au brunissement enzymatique (pomme de terre et pomme)
  • Tolérance à la sécheresse (maïs)

* Ci-haut en gras = cultivés au Canada

Actuellement, il y a 13 plantes qui sont approuvées pour la commercialisation au Canada.

Ce que je déplore, c’est le fait de dire quelque chose pour mousser son marketing… Beaucoup de produits mettent la mention sans OGM alors qu’ils ne contiennent aucun ingrédient pouvant exister en tant qu’OGM.

C’est comme mettre sur un sac de chips « gluten » alors que le gluten provient des produits céréaliers (blé, orge, seigle…). Aux dernières nouvelles, des chips classiques, c’est fabriqué à partir de patates!

Références

Réseaux sociaux de Marianne, L’Agroforestière

Livres suggérés

Autres ressources

Publié sur Laisser un commentaire

La bienveillance à plein régime! | Journée internationale sans diète d’ÉquiLibre

Journée sans diète 2021 par ÉquiLibre sour le thème La bienveillance à plein régime

La campagne de la Journée internationale sans diète d’ÉquiLibre de cette année a pour thème “La bienveillance à plein régime!”. Dans le cadre de cette dernière, j’ai eu la chance de m’entretenir avec Andrée-Ann Dufour Bouchard, Nutritionniste et cheffe de projets. Cette entrevue réalisés à la fois sous forme d’épisode de podcast et de vidéo YouTube. À travers celle-ci, nous discutons des impacts positifs de mettre de côté les régimes et d’intégrer plus de bienveillance dans nos vies. Cette dernière peut entre autre avoir un effet considérable sur notre:

  • Confiance en soi
  • Capacité à mettre de côté les règles alimentaires strictes.
  • Potentiel à retrouver une alimentation plus intuitive et agréable.

Je te laisse également lire les réponses d’Andrée-Ann à mes différentes questions concernant cette journée spéciale. Les textes ci-dessous sont rédigés en grande partie par cette dernière. Je la remercie infiniment d’avoir pris le temps de nous partager ce magnifique contenu informatif et bienveillant.

À propos d’Andrée-Ann

Andrée-Ann Dufour Bouchard est nutritionniste. Elle passionnée par tout ce qui touche à la relation avec la nourriture et le corps. Celle-ci est détentrice d’une maîtrise en nutrition de l’Université Laval. Sa formation lui a permis d’approfondir sa compréhension de la relation entre les comportements alimentaires et le stress. Elle a ensuite travaillé au ministère de la Santé et des Services sociaux dans l’équipe du Plan d’action gouvernemental de promotion des saines habitudes de vie et de prévention des problèmes reliés au poids 2006-2012, Investir pour l’avenir (PAG).

En 2009, elle s’est jointe avec à l’équipe d’ÉquiLibre. Au cours des dernières années, elle a :

  • Coordonné le développement de nombreux programmes et campagnes de l’organisme.
  • Participé au développement de formations continues pour les professionnels de la santé, les acteurs de l’industrie des médias, de la mode et de la publicité.
  • Donné des cours aux étudiants universitaires et des conférences variées.


Andrée-Ann agit également à titre de porte-parole de l’organisme. Sa polyvalence professionnelle fait d’Andrée-Ann une experte qui vous aidera à distinguer le vrai du faux dans la multitude de messages contradictoires qui circulent sur la gestion du poids, l’alimentation et l’image corporelle.

Sur une note un peu plus personnelle: Andrée-Ann adore prendre le temps de cuisiner ses recettes préférées, manger de la crème glacée en voyage et profiter de la nature! 

Bienveillance à plein régime

Alors que 51% des femmes et 40% des hommes considèrent que la préoccupation à l’égard de leur poids a augmenté depuis le début de la pandémie de COVID-19[1], l’organisme ÉquiLibre propose à la population de renoncer aux régimes, à la privation et à la culpabilité et d’inviter plutôt la bienveillance à table! À l’occasion de la 14e édition de la Journée internationale sans diète (JISD), ÉquiLibre lance sa campagne sociétale La bienveillance à plein régime!

Découvrez les capsules vidéo mettant en vedette la créatrice culinaire Caroline Huard, le nutritionniste Bernard Lavallée et la psychologue Dre Stéphanie Léonard. Le visuel de la campagne a été illustré avec douceur par Simone Bélanger.C. Rendez-vous sur equilibre.ca/bienveillance.

Le contrôle de l’alimentation est souvent un moyen utilisé pour perdre du poids. Mais la restriction se solde généralement par la reprise du poids perdu, en plus du sentiment de culpabilité et du développement d’une relation malsaine avec la nourriture et le corps.

La bienveillance dans nos vies

L’omniprésence de la culture des régimes fait en sorte que des règles externes déterminent encore trop souvent les aliments et les quantités «permises» ou le moment où il est «acceptable» de manger. Et pourtant, manger ne se résume pas à fournir des calories ou des nutriments au corps. Manger permet aussi de combler des besoins sociaux, de réconfort, de plaisir, de satisfaction. En apprenant à manger avec bienveillance, il est possible de se recentrer sur l’écoute des besoins du corps, de faire preuve de souplesse et de viser l’équilibre plutôt que la perfection pour avoir une relation saine avec la nourriture.

Les collaborateurs

J’ai voulu demander à nos trois collaborateurs de collaborer à la campagne parce que je trouve qu’ils incarnent la bienveillance. J’aimais aussi beaucoup leur complémentarité de profils et de points de vue: Bernard est nutritionniste (@nutritionnisteurbain sur Instagram), Caroline (@loounie sur Instagram) est créatrice culinaire et Stéphanie est psychologue (@bienavecmoncorps sur Instagram). Tous les trois nous expliquent ce qu’est manger avec bienveillance et nous proposent des conseils pour tenter d’y parvenir… une bouchée à la fois!

La vidéo

Le podcast

Dans cet épisode de podcast, on discute de comment les régimes peuvent nous avoir poussé à être moins bienveillants envers nous-même.

Clique sur l’un des boutons “play” se trouvant dans les boîtes ci-dessous pour écouter cet épisode de podcast sur la plateforme de ton choix:

Cynthia Marcotte | Nutrition & Santé · S2E4 | La bienveillance à plein régime! | Journée internationale sans diète d’ÉquiLibre

Quelques réponses d’Andrée-Ann

Comment faire pour cesser d’écouter ce genre de règles alimentaires?

Ce n’est pas évident de se défaire des règles qui sont omniprésentes depuis des décennies. On vit dans une société où la culture des diètes a pris tellement de place que certaines personnes ne se rendent même pas compte qu’elles suivent des règles. 

Prise de conscience

La 1re étape pour cesser d’avoir des règles est donc de prendre conscience qu’on en a! Avoir des règles, ça peut être de ne pas se permettre de manger passé une certaine heure, de manger du dessert seulement la fds, etc. Ces règles peuvent provenir de notre éducation, contexte social tout comme de régimes antérieurs.

Ensuite, c’est important de réaliser l’impact que ces règles ont sur notre relation avec la nourriture. Est-ce qu’elles me font sentir coupable quand je mange certains aliments? Est-ce qu’elles m’empêchent d’aller souper au restaurant avec des amis, est-ce qu’elles m’empêchent de manger à ma faim, est-ce qu’elles prennent toute la place dans ma tête? 

Pourquoi on suit des règles?

C’est important aussi de réfléchir à ce qui nous pousse à suivre ces règles. C’est souvent la peur d’engraisser ou le désir de maigrir qui pousse les gens à suivre des règles. Une façon d’arriver à laisser tomber ses règles, c’est aussi d’apprendre à poursuivre un objectif différent. Plutôt que de vouloir maigrir à tout prix, on y gagnerait à miser sur le plaisir, sur le bien-être et la santé. Ce n’est vraiment pas évident de réussir à lâcher prise sur ses attentes de perte de poids dans une société où la minceur est encore beaucoup valorisée. Mais d’apprendre à s’accepter graduellement, c’est la clé vers une relation plus positive avec le corps et la nourriture.

Cesser de suivre ses règles

Une fois qu’on a réalisé que les règles ne nous servent pas toujours, la dernière étape et non la moindre est de tenter de cesser de les suivre. Et c’est là qu’il faut faire preuve de beaucoup de bienveillance parce que ça prend de la patience, des essais et erreurs. Mais plus on va prendre conscience des avantages de manger en respectant ses préférences, en écoutant les besoins de son corps, d’avoir plus de plaisir et moins de culpabilité, plus on va avoir envie de continuer dans cette nouvelle voie.

Comment être plus bienveillant dans nos conversations?

On entend aussi souvent des commentaires en lien avec la prise de poids : «il va falloir que j’aille brûler ça après», ou encore le fameux  «ça s’en va direct dans mes fesses». Il faut éviter de toujours associer les aliments qu’on mange avec la «peur d’engraisser». Manger ça sert surtout à donner de l’énergie à notre corps pour pouvoir vivre notre vie. On devrait arrêter de vouloir soustraire (manger moins de ci, moins de calories) et plutôt vouloir additionner (plus de variété, plus de plaisir).   

Aussi, il y a des mots comme «santé» ou «léger» qui  font partie de notre vocabulaire et qui rendent ces aliments plus «acceptables» pour la conscience alors que dans les faits, aucun aliment à lui seul n’est vraiment santé. Et souvent, les études démontrent qu’on a tendance à magner plus d’un aliment allégé parce qu’on pense qu’il est moins calorique, ce qui est quand même ironique. Tentez plutôt de penser aux caractéristiques des aliments que vous avez envie de manger :

  • Une pomme croquante et juteuse.
  • Une soupe chaude et réconfortante.
  • Des craquelins croustillants.

Comment “booster” le niveau de satisfaction ressentie après un repas?

Je pense que plus le repas va répondre à nos besoins et à nos envies, plus le niveau de satisfaction va être boosté! Et plus, on va faire taire la petite voix qui nous fait sentir coupable, plus notre tête va pouvoir se concentrer à ressentir la satisfaction. Une autre façon de rendre notre repas satisfaisant, c’est d’avoir des attentes réalistes.

Est-ce que je:

  • M’oblige à manger des aliments que je n’aime pas?
  • Pense que c’est meilleur pour ma santé de me restreindre?
  • Me permets vraiment d’être en harmonie avec mes envies?
  • Me force à cuisiner des recettes extrêmement élaborées pour me dire que mon repas peut être satisfaisant?

Manger des repas satisfaisants, ça n’a pas besoin d’être compliqué ni parfait.

Comment être bienveillant avec nous-même après avoir fait des régimes?

Je suis convaincue que c’est possible! Pour certaines personnes, ça va même être une libération de réaliser qu’elles peuvent enfin se permettre de s’écouter, de faire preuve de souplesse et de douceur. Pour d’autres, ça peut être plus difficile de se défaire des règles bien ancrées. Mais la 1re étape reste de vouloir changer ou du moins essayer quelque chose de nouveau.

Ensuite, il faut se laisser le temps, expérimenter, s’informer, observer ce qui nous empêche d’y arriver. Tout â nous aidera à voir comment surmonter ces obstacles. On peut aussi en parler avec une personne de confiance ou une personne qui nous inspire à manger avec bienveillance. Celle-ci pourra nous partager ses trucs ou tout simplement son écoute et son soutien. Et si la relation avec la nourriture et le corps fait obstacle au changement souhaité, plusieurs professionnels de la santé comme les nutritionnistes ou les psychologues peuvent vous accompagner.

Est-ce qu’écouter nos envies nous amènera à trop manger ou à prendre du poids?

En effet, c’est une crainte fréquemment rencontrée par les personnes qui tentent d’être à l’écoute de leurs préférences. La privation a pour effet de rendre les aliments interdits très attirants et peut ainsi faire en sorte qu’on les consomme en plus grande quantité[1] lorsqu’on tente de se les «permettre». Mais justement, le fait de légaliser les aliments, d’en manger en sachant qu’ils seront encore «permis» demain, fait en sorte qu’ils retrouvent un statut plus neutre. Éventuellement, avec de la pratique, ils pourront être consommés dans des quantités qui répondent aux réels besoins du corps. Encore ici, l’accompagnement par un.une nutritionniste peut être aidant.

Dire oui à la bienveillance

C’est un sujet qui t’intéresse? Je te suggère vivement d’écouter l’entrevue réalisée dans le cadre de la Journée Internationale Sans Diète: Tournez le dos aux régimes et faire la paix avec notre corps qui a eu lieu l’année dernière.

RÉFÉRENCES & RESSOURCES

Le matériel de la JISD sur equilibre.ca/bienveilance

Billets de blogue

Ces articles sont rédigés par des professionnel.le.s de la santé:

Autres références

[1] INSPQ (Institut national de santé publique du Québec), COVID-19 – Sondages sur les attitudes et comportements des adultes québécois, Pandémie, habitudes de vie, qualité du sommeil et préoccupation à l’égard du poids – avril 2021. Disponible au : https://www.inspq.qc.ca/covid-19/sondages-attitudes-comportements-quebecois/habitudes-de-vie-avril-2021


Formation La Faim

C’est par ici pour en savoir plus au sujet de la formation (ex: c’est quoi?, prix, durée, implications…).

Tu peux également cliquer ici pour obtenir un petit extrait gratuit. Il s’agit d’une section de ma la leçon au sujet de la culture des régimes. On y parle également du mouvement Health at Every Size®.

Publié sur Laisser un commentaire

Documentaire Détox: Naturopathe et coach nutrition

Dans cette vidéo d’analyse de documentaire, je vous donne mon avis de nutritionniste au sujet de la production québécoise ”Détox, Infiltration chez les imposteurs de la gestion du poids”. Celui-ci est disponible sur la zone membre d’Illico et est d’une durée d’environ 1h.

Documentaire québécois

Ce projet a été réalisé par Marie-Christine Noël (journaliste et investigatrice) et Manu Chataigner (réalisateur)et la production de cette source d’information leur a demandé plus de huit mois de travail, non seulement pour infiltrer ce marché lucratif, mais aussi pour décrocher un certificat bidon de naturopathe! Je vous confirme qu’ils se sont lancés à fond dans leurs recherches et le résultat est plutôt épatant!

Des entrevues avec des professionnels de la santé

Le documentaire aborde plusieurs sujets en lien avec l’industrie de l’amaigrissement et de la minceur. On entre à pieds joints dans l’univers des diètes (ex: sans pesticides, OGM, Gluten..) et des suppléments alimentaires (ex: shakes et pilules magiques!?), médecine alternative, produits de santé naturelle. Il est intéressant d’avoir l’avis de plusieurs professionnels de la santé sur le sujet, notamment:

  • Paule Bernier (Présidente de l’OPDQ)
  • Dr Dominique Garrel (Endocrinologue et spécialiste du métabolisme, enseignant au Bac en nutrition)
  • Michaël Bensoussan (Gastroentérologue)

Ceux-ci nous donnent leur avis au sujet des produits, suppléments et autres recommandations suggérées par les pseudoscientifiques présentés dans le documentaire. D’ailleurs, si tu veux apprendre comment mieux reconnaître la pseudoscience, je te suggère d’aller écouter cette vidéo.


Si tu aimerais en savoir plus au sujet de ce documentaire, je te propose d’aller lire les articles de TVA Nouvelles et du Journal de Montréal qui contiennent quelques informations inédites. J’ai aussi enregistré un épisode de podcast sur la question, je te suggère d’écouter ça sur Google Play, Spotify, ITunes ou Soundcloud.

Si le sujet t’intéresse, je crois que ces vidéos pourraient également te plaire:

Publié sur Laisser un commentaire

Jeûne intermittent : diète, perte de poids & santé | AVIS NUTRITIONNISTE RÉGIMES À LA MODE

Jeûne Intermittent - Sauter des repas et boire de l'eau
Jeûne Intermittent - Sauter des repas et boire de l'eau

Des questions au sujet du jeûne intermittent, j’en ai eu en mautadine! Et étrangement, plus une diète semble simple, plus elle pique la curiosité des gens. C’est le temps de répondre à tes questions et de t’aider à ne pas tomber dans certains pièges.

Le fait de ne pas avoir à surveiller la qualité de nos repas donne l’impression que c’est un type d’alimentation plus facile à suivre. Cependant, il y a pluuuuusieurs autres inconvénients à prendre en compte avant d’adopter ce régime les yeux fermés!

Ici, je te présente des informations qui te permettront de mieux comprendre cette pratique tout en évaluant s’il s’agit d’une alternative intéressante pour toi. Comme tu pourras le noter, je crois définitivement que peu sont les gens qui pourront manger de cette manière sans ressentir d’effets secondaires désagréables. En cas de doute, je t’invite toujours à te référer à un professionnel de la santé. Ceux-ci pourront personnaliser les recommandations et de les adapter à ta situation personnelle et médicale.

Table des matières

Définition de base

Le jeûne est la privation, volontaire ou non, de nourriture,
accompagnée ou pas d’une privation de boisson. Le jeûne partiel fait
partie intégrante de la pratique de certaines religions (carême, ramadan, etc.).
Pour pouvoir officiellement dire qu’on est en période de jeûne, on doit
compter 6 heures entre la fin du repas précédent et le début du repas
suivant.

Les chercheurs ne s’entendent pas au sujet du fonctionnement et des
impact de la privation alimentaire sur le corps. On confirme qu’il y a
bel et bien des changements physiologiques et hormonaux. Par contre, le mécanisme exact est encore difficile à comprendre.
Selon des hypothèses très simplifiées, cette période d’abstinence de
nutriments force le corps à modifier son fonctionnement habituel et à
passer en mode « économie d’énergie ». Il s’agit d’une stratégie de
protection mise en place par l’organisme qui craint de mourir de la
famine.

Qualité des repas

Garde également en tête que le jeûne n’inclut habituellement aucune indications concernant la qualité de l’alimentation.
Pour tout ceux et celles qui n’ont pas envie de suivre une diète plus
drastique, il s’agit d’un avantage. Par contre, à mes yeux, il ne s’agit
pas d’une solution idéale.

On sait qu’une alimentation comprennant une belle proportion de repas
cuisinés maison et de végétaux peux optimiser la santé. Pourquoi pas
plutôt miser sur des:

  • Conseils bienveillants permettant aux gens de découvrir des recettes savoureuses et nutritives;
  • Trucs pour reconnaître plus facilement nos signaux corporels;
  • Recommandations culinaires pratico-pratique

plutôt que de miser sur de la restriction temporelle?

 

(suite…)