Publié sur Laisser un commentaire

Manger du poisson : bon pour la santé?

Bol Saumon sauce coco épicée avec brocolis, poivrons et patates douces - Metro | www.cuisinedopamine.cpm
Bol Saumon sauce coco épicée avec brocolis, poivrons et patates douces - Metro | www.cuisinedopamine.cpm

Consommer du poisson, est-ce réellement bon pour la santé ? Il s’agit d’une question qui exige une analyse complète de la situation à divers égards, le consommateur se voyant à présent devant une panoplie d’informations (nature, provenance, type de pêche, etc.) au rayon de la poissonnerie. C’est pourquoi aujourd’hui, j’aurai le plaisir de te partager mon avis de nutritionniste en faisant le tour de la question.

Si vous me suivez depuis un moment, tu sais probablement que je mange peu de viande. Le poisson demeure à ce jour une de mes exceptions principales. Non seulement j’adore le goût, mais je crois aussi que les bénéfices qu’il apporte restent inégalés par ses substituts.

*** Cet article a été réalisé en collaboration avec  les épiceries Metro, mais toutes les opinions sont les miennes ***

Poisson: Comment choisir les meilleures options?

Des bénéfices inégalés

Tu le sais peut-être déjà, mais le poisson constitue une excellente source de deux acides gras oméga-3 bien particuliers, l’EPA et le DHA. Une alimentation à teneur élevée en acides gras de ce type est liée à plusieurs effets bénéfiques sur la santé. Les effets positifs sont relevés notamment en ce qui a trait à la santé cardiovasculaire et, potentiellement, à la santé mentale. Bien qu’il soit possible d’obtenir d’autres formes d’oméga-3 à partir de sources végétales, celles-ci ne sont pas associées aux mêmes bienfaits que ceux issus d’huiles de poisson.

Le poisson est aussi un excellent moyen naturel d’ajouter de la vitamine D à notre alimentation. On pourrait penser qu’il est inutile de se soucier d’une vitamine que notre corps est capable de synthétiser par une simple exposition au soleil. Pourtant, selon Statistique Canada, près d’un tiers des Canadiens souffrent de carence en vitamine D. Il faut comprendre que le soleil n’est pas nécessairement la source la plus fiable pour faire réserve de cette vitamine. Le problème est encore plus important pour les gens qui habitent dans un pays nordique comme le nôtre.

Bonne nouvelle! Le simple fait de consommer du poisson quelques fois par semaine pourrait suffire à traverser nos hivers rigoureux sans souffrir de carence en vitamine D!

Et la fraîcheur dans tout ça?

Bien que j’adore le poisson, je reste tout à fait consciente des problèmes occasionnés par la surpêche ainsi qu’à l’impact qui en découle sur la sécurité alimentaire et les océans dans les années à venir. Autant que possible, j’opte donc pour des produits issus de pêcheries aux pratiques durables et soucieuses de l’environnement.

Ce n’est pas toujours chose facile, mais ça vaut le coup de faire un effort supplémentaire.

Il existe encore peu d’outils pour aider les consommateurs à faire des choix éclairés.

Or, quand j’ai entendu parler du programme de garantie “Fraîcheur traçable” de Metro, je n’ai pas hésité à vous partager ma découverte. Tu pourras trouver toute l’information à cet effet sur le site internet de Metro. Leurs étiquettes permettent rapidement de déterminer la provenance :

  • Des poissons ou des fruits de mers sélectionnés
  • De la zone de pêche
  • De la ferme d’élevage

On peut être certain de l’authenticité des informations et de la qualité des produits. En un coup d’oeil, on a toute l’information dont on a besoin.

Bol Saumon sauce coco épicée avec brocolis, poivrons et patates douces - Metro | www.cuisinedopamine.cpm

Pour ceux qui aimeraient faire des choix encore plus éclairés, tu peux également vous rendre sur des sites web, tels que Seafood Watch. Sur celui-ci, il est possible d’en savoir plus sur l’impact environnemental de l’élevage des espèces qu’on ajoutera à notre panier d’épicerie.

Dans tous les cas, il s’agit toujours de bien analyser ces informations. Prends le temps de les comprendre et faire des choix qui seront encore plus alignés sur tes valeurs personnelles.

 

Mes recommendations de nutritionniste

Combien de portions?

  • Opte de préférence pour les poissons gras qui contiennent plus d’oméga-3 et de vitamine D tels que le saumon et la truite.
  • Pour obtenir une quantité suffisante d’oméga-3, consommez au moins deux portions de poisson par semaine. Une portion équivaut à environ 90 grammes de poisson crû. Personnellement, je préfère en consommer un peu moins fréquemment seulement pour des questions éthiques.
  • Pour ce qui est du mercure, tu peux consommer sans restriction la majorité des poissons que tu trouveras en épicerie. Il faudrait toutefois éviter de consommer plus de deux portions par semaine de thon.  

Bol Saumon sauce coco épicée avec brocolis, poivrons et patates douces - Metro | www.cuisinedopamine.cpm

Cuisiner le poisson?

Oui, manger du poisson, ça peut être sexy! Je vous promets que la recette de bol de saumon coco-cari présentée aujourd’hui fera fureur et qu’elle saura combler même ceux qui ne sont pas fans de cet aliment. La sauce épicée et crémeuse, ainsi que l’ajout des légumes grillés complètent à merveille la saveur du saumon de l’Atlantique.

Petit truc: assurez-vous que le poisson ne soit pas trop cuit, sinon ce sera ultra sec.*

*La sauce pourra quand même te sauver dans ce contexte!

La chair devrait être opaque et se défaire à la fourchette lorsqu’il est prêt.

Autres recettes de poisson

Si tu apprécies le poisson, voici d’autres mets originaux et facile à cuisiner qui pourraient plaire à tes papilles:

Publié sur Laisser un commentaire

Oeufs dans l’trou garnis olives vertes, chèvre & poivrons rouges grillés

Oeuf dans l'trou olives vertes & poivrons rouges grillés - Tranches de pain Stonemill Bakehouse | www.cuisinedopamine.com

Cette recette fait partie de mon répertoire depuis toujours. Ma meilleure amie m’avait appris à la réaliser alors que j’avais à peine 10 ans et je l’ai utilisée par la suite pour impressionner une multitude de gens que j’aime (allô frérot!).

Ma version de la recette classique

Pour vous offrir une option un peu plus gourmande et ‘’fancy’’ de ce repas économique, j’avais envie d’ajouter des garnitures “à la méditerranéenne” à la recette. La base est faite d’une tranche de pain de quinoa et lin de Stonemill Bakehouse avec qui je suis super heureuse de collaborer pour ce projet. Pour connaître les ingrédients utilisés et obtenir les indications pour la préparation de ce petit plat, rendez-vous dans mon profil et cliquez sur le lien de l’article.

+++Cette recette est réalisée en collaboration avec StoneMill Bakehouse #pub, toutes les opinions sont les miennes +++

Cuisinez-vous lorque vous étiez jeune?

J’ai toujours été une grande ”expérimentatrice” en cuisine. J’aimais me lancer dans la préparation de recettes plus simple ou plus élaborées, tout dépendant de mon humeur du moment. Les pâtisseries et autres desserts sucrés, ça me connaissait! Par contre, j’aimais aussi servir des alternatives plus nutritives et colorés à mes proches. J’aurais facilement pu faire cette recette d’oeufs dans l’trou… mais j’aurais surement omis les olives puisque je n’était pas fan de cet ingrédient à l’époque (aujourd’hui, je suis une passionnée d’olives!).

Et vous, quelle est la première recette que vous avez cuisinée quand vous étiez tout petit(e)?

Oeufs dans l’trou garnis olives vertes, chèvre & poivrons rouges grillés

Ingredients

  • 1 poivron rouge épépiné et coupé en deux dans le sens de la longueur
  • 2 tranches de pain quinoa et lin de StoneMill Bakehouse
  • 2 c. à thé d’huile végétale provenant du pot de tomates séchées
  • 2 gros œufs
  • 2 c. à table de fromage de chèvre à pâte molle
  • 6 olives vertes tranchées
  • 2 morceaux de tomates séchées dans l'huile hachés finement
  • 6 grosses feuilles de basilic frais hachées grossièrement
  • Au goût sel et poivre

Instructions

  • Placer la grille au centre du four et préchauffer celui-ci à grill.
  • Placer les poivrons sur une plaque à biscuits recouverte d'un tapis en silicone de façon à ce que leur ouverture soit vers le bas. Enfourner en surveillant attentivement. La cuisson devrait prendre environ 3-5 minutes et le poivron devrait être tendre et sa peau bien grillée. Réserver.
  • Pendant ce temps, préchauffer une grande poêle anti-adhésive à feu moyen-vif.
  • Faire un trou d'environ 7 cm de diamètre dans chacune des tranches à l'aide de l'ouverture d’un verre ou d’un petit couteau. Recouvrir les deux côtés de chaque morceau obtenu d'huile et placer dans la poêle.
  • Ajouter un oeuf au centre de chaque tranche. Cuire 3-4 minutes du premier côté. Si vous aimez vos oeufs coulants, cesser la cuisson lorsque le blanc est entièrement cuit sans tourner les tranches. Autrement, retourner les tranches et poursuivre la cuisson pendant une minute supplémentaire.*
  • Pour le service, garnir les tranches de pain des poivrons tranchés en lanières, d'olives, de tomates séchées et de basilic haché. Si désiré, ajouter plus de fromage de chèvre sur le dessus

Notes

* Tournez également les petits cercles de pain pour qu’ils soient grillés des deux côtés.
Publié sur Laisser un commentaire

8 aliments ultra-transformés: bon ou mauvais choix pour la santé? | COLLAB 21 JOURS DE NUTRITION

Je suis nutritionniste et je mange des aliments ultra-transformés de temps à autre: ça vous étonne!? J’ai toujours eu une approche de la nutrition plutôt permissive. Pour moi, bien manger devrait inclure une variété d’aliments frais, mais également des options plus gourmandes et moins nutritives. On n’a juste une vie à vivre après tout! Pourquoi s’imposer milles et une restrictions alors qu’au final, il est seulement question de bien balancer les choses afin d’être en mesure d’optimiser notre santé?

Mon expérience de défi

Quand je me lance un défi, j’aime m’y investir à 100%. Par contre, je vous avoue que j’ai eu beaucoup de difficulté à être stricte dans mon approche dans le cadre de mon mois sans aliment ultra-transformés. J’ai même réalisé que toute cette pression que je me mettais sur les épaules devenait dangereuse pour ma santé mentale. J’ai commencé à développer une obsession vis-à-vis de mon alimentation dès les premiers jours de mon mois. C’était vraiment malsain pour moi.

J’ai fait plusieurs ”gaffes” durant ce défi et j’ai réalisé au fur et à mesure que les jours passaient que ma sauce piquante, mon fromage cottage, mes mélanges d’épices ou ma boisson de soya du commerce n’allaient pas me rendre malade. J’ai compris que ce n’était pas parce qu’ils possédaient tous ”l’étiquette de la surtransformation” qu’ils n’avaient aucun bénéfices pour mon corps et mon esprit. Au contraire.

Ces aliments étaient considérés comme des interdits dans le cadre du défi. Cependant, je crois qu’aucun aliment devrait être retiré entièrement de nos repas (sauf dans les contextes d’allergie ou d’autres troubles de santé.).
Je considère aussi que ces 8 aliments possèdent quelques avantages qui m’incitent à les ajouter dans mon alimentation un peu plus fréquemment que les autres options ultra-transformés (ex: saveur, profil nutritif général, provenance, texture…).

Si vous êtes curieux de connaitre mon opinion de nutritionniste au sujet de 8 aliments ultra-transformés que j’intègre de temps à autre dans mon menu, vous êtes au bon endroit!

Ultra-transformé ou non?

Pour être en mesure de classer les différents niveaux de transformation adéquatement, un système nommé NOVA à été mis en place par des chercheurs bréziliens. Si t’as envie d’en savoir plus sur la question, je te suggère de lire mon article Défi 30 jours: zéro aliment ultra-transformé! Tout ce que vous devez savoir! dans lequel je donne la base de cette classification.

Selon ces lignes directrices, les aliments peuvent entrer dans 4 catégories soit:

  1. Aliment peu ou minimalement transformés
  2. Ingrédients culinaires
  3. Aliments transformés
  4. Aliments ultra-transformés

Techniquement, plusieurs aliments se retrouvent dans quatrième classe alors qu’ils ne sont pas comparable aux Froot Loops ou au repas surgelés Michelina’s (allô Dominique, j’ai repris ton exemple!). Il faut user de notre gros bon sang pour choisir les options qui pourront être mangées plus fréquemment, c’est simple!

8 aliments sur la ligne

Pourquoi est-ce que les 8 aliments présentés se trouvent à mon avis au seuil entre les catégories d’options transformées et celles ultra-transformées? Eh bien, j’ai fait mes recherches et selon ce que j’ai pu trouver, tout ce qui contient des ingrédients qu’on ne peut avoir à la maison devrait théoriquement entrer dans la classe des aliments plus transformés. Je parle ici principalement d’additifs alimentaires comme les agents de conservation ou de texture, les colorants, les édulcorants et les autres exhausteurs de goût. Par contre, je vous confie avoir eu un peu de difficulté à tracer une ligne franche entre les différents groupes. C’est ce qui m’a inspiré cet article (et vidéo!).

J’ai sélectionné une variétés de produits que j’utilise plutôt régulièrement, que ce soit dans mes recette ou tout simplement en accompagnement pour mes repas. Je crois que ces choix ont un bon potentiel nutritif et qu’il n’y a pas de problème à les intégrer dans notre menu un peu plus souvent que les aliments untra-transformés plus typiques. Pour être plus claire, les croustilles, céréales à déjeuner colorées, desserts sucrés ou le fastfood peuvent tout de même être consommés à l’occasion. Sur le continum de la transformation, les aliments ci-dessous pourraient tout simplement être consommés un peu plus souvent.

X = 8 aliments présentés ci-dessous

1. Sauce piquante (ex: Sriracha)

La sauce piquante est un de mes condiment favoris. J’en mets sur une panoplie de choses, de mes bols repas en passant par mes vinaigrettes à salades. Dans le cadre d’une vidéo réalisée en collaboration avec Cam Grande Brune, j’en avait même mis sur des petits pains pitas garnis de beurre d’arachide et d’oeuf brouillé et j’avais trouvé ça délicieux. Je suis une fan, c’est clair.

Liste des ingrédients

Sauce Sriracha classique: Chili, sucre, sel, ail, vinaigre distillé, sorbate de potassium, bisulfite de sodium, gomme de xanthan

2. Boisson de soya

La boisson de soya fait de plus en plus partie de ma vie depuis que j’essais de manger moins d’aliments d’origine animale. Elle me permet de remplacer le lait de vache, tout en allant chercher une belle quantité de protéines, de calcium et de vitamine D. J’ai aussi une grande satisfaction gustative lorsque j’ajoute de la boisson de soya à la vanille non sucrée dans mon café, mon thé matcha ou mon lait d’or. La petite touche de bonheur fabriqué au Québec à partir d’ingrédients d’ici!

Liste des ingrédients

Natura à la vanille non sucré: eau filtrée, soja entier biologique, carbonate de calcium, arôme naturels, gomme de xanthane, sel de mer, vitamine A palmitate, Riboflavine (B2), Vitamine D2, Vitamine B12, Thiamine.

3. Tofu fumé épicé

J’en parle un peu beaucoup souvent: le tofu est l’une de mes sources de protéines végétales favorite. En plus d’être versatile et délicieux, le tofu contient des protéines de bonne qualité dans un ratio plutôt important. Ceux qui ne mangent pas beaucoup de produits laitiers seront aussi heureux d’apprendre qu’il contientbien souvent du calcium, un ingrédient utilisé pour permettre la coagulation de la boisson végétale qui pourra ensuite être transformée en bloc de tofu.

Liste des ingrédients

Sunrise original: Water, Organic Soybeans (Non-GMO), Calcium Sulphate, Salt, Smoke.

Sunrise fumé à la Sriracha: Eau, soja biologique (sans OGM), sucre de canne biologique, sulfate de calcium, piment rouge biologique, ail biologique, sel, extrait de capsicum biologique, fumée.

4. Fromage cottage

Crème déjeuner au cottage et bleuet / Blueberry and cottage breakfast cream| cuisinedopamine.com

Le fromage cottage est un des aliments que je consomme depuis que je suis jeune. Je me souviens d’avoir vu ma maman en manger encore et encore et j’ai aussi pris appris à adorer cette texture plutôt particulière. J’en mets aussi dans plusieurs de mes recettes comprenant mon bol de crème dejeuner au cottage et aux bleuets. Ça goûte bon et c’est plein de protéines, qu’est-ce qui peut mal aller là-dedans?

Le truc que je n’avais pas remarqué c’est que contrairement au yogourt grec nature, le fromage cottage comprend plusieurs ingrédients et additifs alimentaires. Avec trois types de gommes (guar, caroube et xanthane) ainsi que 3-4 autres ingrédients qu’on ne peut avoir à la maison, il y aurait raison de s’inquiéter. Par contre, je crois personnellement que ce n’est pas la fin du monde d’en ajouter dans nos repas de temps en temps. Le fromage cottage reste un aliment sain… mais je vous avoue qu’il pourrait graduellement prendre une place moins importante dans mon alimentation au cours des prochains mois (principalement puisque j’essais de manger plus souvent des végétaux!).

Liste des ingrédients

Natrel 1%: Lait, poudre de lait écrémé, culture bactérienne, sel, gomme xanthane, gomme de caroube, gomme de guar, mono et diglycérides, polysorbate 80, enzyme microbien, chlorure de calcium, dioxyde de carbone.

Liberté 1%: substances laitières, culture bactérienne, sel, acide citrique, gomme de guar, mono et diglycérides, gomme de xanthane, gomme de caroube, enzyme microbiennes, dioxyde de carbone.

5. Mélange d’épices

Fritters vide-frigo carotte & Garam Masala Berthelet | www.cuisinedopamine.com

J’aime beaucoup les mélanges d’épices de Berthelet. Je les ais tellement dans mon coeur que j’ai même réalisé cette recette de fritters “vide-frigo” carottes et Garam Masala en collaboration avec la compagnie. Même si plusieurs de leurs mélanges contiennent uniquement des ingrédients de base, l’assaisonnement à la Thaï est fabriqué avec de l’acide citrique et de l,extrait de glucide. Je le reconnais, c’est pas optimal. Par contre, c’est loin d’être quelque chose qui va m’empêcher de cuisiner avec ces produits!

Liste des ingrédients

Assaisonnement Thaï de Berthelet: Graines de sésame, légumes déshydratés (oignon, champignon, carotte, poivron rouge, ciboulette), sel, épices, huile de canola, acide citrique, extraits secs d’orange, extraits secs de glucose, jus de citron en poudre, saveur naturelle.

6. Beurre de graines de tournesol

La version originale de Sunbutter est américaine et elle est plus transformée que celle de Nuts to You Nut Butter, une alternative entièrement Canadienne (les graines ont été récoltées au Manitoba et en Saskatchewan). Vous pouvez aussi trouver sur le marché le beurre de graine de tournesol de Sunbutter en version biologique (pour ceux que ça intéresse). J’aime les deux options, de manières différentes. L’une d’eux me donne l’impression de me gâter et de manger quelque chose de plus sucré et satisfaisant alors que l’autre me permet de goûter la vraie saveur des ingrédients, sans flafla

Si vous cherchez une alternative comprenant très peu d’ingrédients, j’ai aussi trouvé ce produit de Yupik qui semble vraiment délicieux et qui est très économique. Je vais l’essayer prochainement et je vous en donnerai des nouvelles!

Finalement, le beurre de soya est un autre produit considéré comme ultra-transformé, mais qui fait tout de même partie de la sélection se trouvant dans mon garde-manger. Pourquoi!? J’aime la saveur, tout simplement

Liste des ingrédients

Sunbutter : graines de tournesol rôties, sirop de canne évaporé, sel, mélange de tocophérol.

Nuts to You Nut Butter: Graines de tournesol canadiennes grillées à sec, huile de tournesol.

Wowbutter : Soja entier grillé, huile de soja pressée, sucre de canne, huile de palme durable, sel de mer.

7. Tartinades et autres produits de fantaisie

Mon garde-manger est remplis de petits pots de tartinades et autres marinades qui donnent du ”pep” à n’importe quelle recette (ex: tartinade piquante de mon cultivateur de Chuck Hughes). J’aime ces ingrédients puisqu’ils sont prêts à l’usage et qu’ils m’épargnent un temps précieux lorsque je n’ai pas plusieurs heures à mettre en cuisine

Je vous avais glissé un mot au sujet de quelques produits du genre dans mon article Top 10 idées de cadeaux de Noël pour foodies, si vous êtes intéressés à en savoir plus sur la question

8. Sauce tomate du commerce

Types de pâtes - Pâtes enrichies fines herbes, tomates et tofu | www.cuisinedopamine.com

Par souci de me simplifier la vie, j’opte souvent pour les sauces tomates du commerce (j’aime bien les version au basilic réduites en sodium). Il s’agit de bonnes options peu dispendieuses qui me permettent de me cuisiner un repas soutenant en un rien de temps. Par contre, lorsque j’en ai l’occasion, j’aime bien utiliser des sauces contenant moins d’ingrédients et réalisées selon des méthodes plus traditionnelles telle que celles offertes par le chef Stefano Faita (ex: tomate et basilic, Ariabiata ou Marinara).

Liste des ingrédients

Sauce tomate et basilic de Menu Bleu: Tomates, eau, pâte de tomate, oignons, ail, huile d’olive, basilic, sel marin, huile de poisson [huile d’anchois et de sardine, huile de canola, arôme naturel, tocophérols (soya), huile de tournesol, acide citrique], épices, acide citrique.

Sauce tomate et basilic de Stefano Faita: tomates italiennes, huile d’olive extra vierge, ail, sel de mer

Collaboration de nutritionniste: 21 jours de nutrition

Il s’agit d’une vidéo réalisée dans le cadre d’une collaboration de nutritionniste pour le mois de la nutrition. Pour l’occasion, nous vous avons prévu “21 jours de nutrition” comprenant des articles et autres ressources vous permettant d’apprendre des choses qui vous aideront à mieux manger au quotidien.

Voici les articles de mes collègues:

Annie de Science & Fourchette

Articles:

Page Facebook
Page Instagram: @sciencefourchette

Julie DesGroseilliers

Article: À venir
Blogue: http://juliedesgroseilliers.com/
Page Facebook
Page Instagram: @julie_desgroseilliers_dtp

Laurie Côté

Article: Burger au tofu effiloché
Blogue: www.petite-douceur.com
Page Facebook
Page Instagram: @lauriedouceur

Thao Bui (La végé d’à côté)

Article: À venir
Blogue: https://lavegedacote.com/
Page Facebook
Page Instagram: @lavegedacote

Hubert Cormier

Article: Acheter en ligne : quand la tendance s’étend à l’alimentation
Page Facebook
Page Instagram: @hub_nutrition

Karine Gravel

Article: À venir
Blogue: http://www.karinegravel.com/
Page Facebook
Page Instagram: pas de page pour le moment

Marjolaine Cadieux (Les pieds dans les plats)

Article: À venir
Blogue: http://lespiedsdanslesplats.ca/
Page Facebook
Page Instagram: @lespiedsdanslesplats_

Marie-Ève Caplette

Article : a venir
Blogue:
www.marieevecaplette.com
Facebook : www.facebook.com/marieevecaplette.nutritionniste/
Instagram : @mecaplette

Références

Ultra-processed foods ans their significance for Canada’ dietary recommendations par Jean-Claude Moubarac

Publié sur Laisser un commentaire

Slow food: avoir du plaisir en sauvant la planète!?

Je suis pas mal certaine que vous connaissez tous le fast food, mais avez-vous déjà entendu parler du slow food? Il s’agit d’une philosophie culinaire formulée en 1986 par le journaliste Carlo Petrini, en réponse à l’ouverture du premier McDonald’s en Italie. Pour lui et beaucoup d’Italiens, McDonald’s est un symbole de l’hégémonie américaine et de l’influence grandissante de sa culture sur le monde. C’est pourquoi l’ouverture de son restaurant sur l’historique piazza di spagna à Rome a été accueillie avec une grande hostilité et maintes manifestations.

+++Cette recette est réalisée en collaboration avec StoneMill Bakehouse #pub, toutes les opinions sont les miennes +++

Pro e contro McDonald's: la battaglia di Piazza di Spagna

1986, Claudio Villa (à droite) et Giorgio Bracardi protestent contre l’ouverture du premier McDonald’s italien (source ici)

Les trois principes du mouvement

Pour monsieur Petrini, il ne s’agit que d’un effort futile. Selon lui, rien ne sert de se battre contre les géants du fast food, car c’est un combat perdu d’avance. La seule chose que l’on peut faire, c’est offrir une alternative, d’où l’émergence de son opposé, le slow food. Antithèse du fast food, le slow food est un concept plutôt simple qui s’oriente autour de trois axes principaux: bon, propre et juste.

Bon : les saveurs priment!

Ça doit être bon parce que pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, on ne mange plus seulement pour assouvir un besoin primaire et fournir à notre corps l’énergie nécessaire pour le travail. Aujourd’hui, manger est une expérience sensorielle et gastronomique. Le repas est une opportunité, voire un prétexte pour s’entourer de bonne compagnie et avoir du  plaisir autour de la table. Alors que le fast food nous offre une façon rapide et peu dispendieuse de refaire nos réserves d’énergie, le slow food nous propose de prendre le temps de savourer chaque bouchée et de partager ce plaisir avec ceux qu’on aime. Le repas est aussi une occasion privilégiée pour en apprendre davantage sur notre culture culinaire propre et toutes les traditions qui s’y rattachent.

Propre: prendre soin des animaux et de l’environnement.

Ça doit être propre parce qu’enfin on réalise l’impact néfaste des pratiques qui rendent le fast food possible. L’élevage intensif, qui priorise le rendement au détriment des conditions de vie animales et les monocultures, qui entraînent à long terme l’épuisement des sols, sont des pratiques incompatibles avec toutes valeurs éthiques. Pour notre avenir, il est maintenant plus important que jamais de choisir des aliments locaux, issus de cultures durables.

Juste: tout doit être fait dans le respect.

Ça doit être juste parce que notre planète est si riche et fertile que tout le monde devrait avoir accès à de la nourriture de bonne qualité. Nous vivons dans un monde où une personne sur neuf ne mange pas à sa faim alors que nous gaspillons annuellement plus d’un milliard de tonnes de nourriture. Alors qu’il nous est possible d’acheter du café d’Amérique du sud pour quelques maigres dollars, il est important de se souvenir que celui-ci est issu de l’exploitation humaine. Chaque humain mérite d’être rémunéré de manière équitable pour son travail et il est de notre ressort en tant que consommateur d’encourager des compagnies qui partagent cette valeur.

Comment pouvons-nous intégrer le slow food dans nos vies?

C’est dans cet esprit que je vous propose deux recettes réalisées avec le pain Stonemill Bakehouse. C’est une compagnie d’ici, qui, contrairement à beaucoup de ses compétiteurs, refuse de tourner les coins ronds. Pour cette compagnie, il n’est pas question de remplacer les techniques de boulangerie traditionnelles par des additifs alimentaires et c’est une des raisons pour lesquelles e je l’apprécie énormément.

Pour ma première recette, je vous présente donc mes tartelettes croûte de pain à la framboise et thé matcha. La deuxième recette, quant à elle, est nul autre qu’un classique de mon enfance – l’oeuf dans le trou avec garniture méditerranéenne. Je vous partage aujourd’hui l’option sucrée qui pourra satisfaire les rages de dessert tout en vous procurant les nutriments qui vous permettront d’avoir l’énergie nécessaire pour traverser une journée mouvementée. J’ai intégré ½ tasse de framboises surgelées dans chacune des tartelettes, en plus d’éviter l’ajout abusif de sucre supplémentaire . D’ailleurs, pour faire un clin d’oeil au mouvement québécois du slow food, j’ai choisi d’utiliser notre bon vieux sirop d’érable d’ici!

Les mangerez-vous au dessert, à la collation ou au petit déjeuner!?

P.s. Soyez patients, ma deuxième recette sera en ligne très bientôt!